« D'azur à deux fers de lance adossés et touchant les bords de l'écu, joints par un bâton, mis en fasce, accompagné en chef et en pointe d'une rose; le tout d'argent coupé de l'un dans l'autre
Bienvenu sur le

 site de la mairie

  de Neuilly le

Vendin
Lorem ipusm dolor sit amet
HISTOIRE DE LA COMMUNE DE NEUILLY-LE-VENDIN DE 1789 à 1899 


 
L’année 1789 marque le commencement de la grande Révolution qui, sur les ruines de l’ancien monde, en a érigé un nouveau. 
Toutes les paroisses de France étaient appelées à élire leurs représentants aux Etats Généraux ; celle de Neuilly-le-Vendin ne faillit pas à son devoir, ainsi qu’on le voit par cet extrait des Cahiers du Maine : 
 
 
« Cahier des états généraux du Maine » 
 
 
« 1789. – 9 mars, sur les 8 heures du matin, en l’église des révérends pères religieux de la Couture du Mans, lieu destiné pour l’assemblée des députés du tiers état de la sénéchaussée du Maine, ordonnée par la lettre de sa Majesté, du 24 janvier. « Nuillé-le-Vendin, 153 feux, 3 députés : M. M. Julien Derouet, sindie, Jean Julien Beauvais et Jean Blanchard Md, etc. » (archives nationales) 
Les Etats Généraux, devenus Assemblée Constituante, remanièrent la carte de France ; la province du Maine forma les deux départements de la Mayenne et de la Sarthe. Neuilly-le-Vendin fit partie du département de la Mayenne. Par les décrets des 10 janvier, 16 et 24 février 1790, sanctionnés par Louis XVI le 4 mars de la même année, ce département du divisé en sept districts. Notre commune, - c’est à partir de cette époque que le mot commune fut substitué à celui de paroisse, - dépendit du district de Villaines-la-Juhel qui, en 1793, fut transféré à Lassay. 
Les transformations administratives se succédant rapidement, trois cantons furent organisés pour la contrée en l’an III : ce furent ceux de Lignieres-la-Doucelle, de Couptrain et de Javron. Neuilly-le-Vendin fit partie de celui de Couptrain, avec St Aignan. 
En 1800, les trois cantons furent réunis en un seul, celui de Couptrain, qui comprit, outre les communes des deux autres, celle de Madré, rattachée jusque-là au district de Domfront. 
Depuis 1800, Neuilly-le-Vendin fait partie de l’arrondissement de Mayenne et du canton de Couptrain. 
L’état civil, rédigé auparavant par les curés et desservants, fut, en 1792, confié à des officiers municipaux qui, à Neuilly, furent : 
  1.  Julien Launay (1792-1797) 
  2.  Jean-Baptiste Maugé /1798) 
  3.  Jacques Garnier (1799) 
  4.  Pierre Legros (1799-1801) 
Les mariages étaient célébrés par le président de l’administration communale du canton de Couptrain, qui était un nommé Louis François Mariel. 
A partir de 1801, l’officier municipal porte le nom de Maire et ses fonctions sont un peu plus étendues. 
Voici la liste des maires qui ont successivement administré la commune : 
  1.  Pierre Legros (1801-1806) 
  2.  Jean-baptiste Ledonné (1807-1815) 
  3. Jacques De Beauvais (1816-1830) 
  4. Jean Beaumont (1831-1850) 
  5. Jean Derouet (1851-1855) 
  6. Jean-Baptiste Derouet (fils du précédent) (1856-1880) 
  7. Gustave Derouet (fils du précédent) (1881-1884) 
  8. Armand Bellier (1885-1895) 
  9. Jean-Baptiste Breton, actuellement en fonctions.