« D'azur à deux fers de lance adossés et touchant les bords de l'écu, joints par un bâton, mis en fasce, accompagné en chef et en pointe d'une rose; le tout d'argent coupé de l'un dans l'autre
Bienvenu sur le

 site de la mairie

  de Neuilly le

Vendin
Lorem ipusm dolor sit amet
ADMINISTRATION 

 La commune de Neuilly-le-Vendin compte actuellement (1899) 282 électeurs. Elle est administrée par M. Breton, Maire, Moulin, Adjoint, douze conseillers municipaux, dont 10 en exercice. M. M. Bisson, Chantepie, Desgenetais, Ernoult, Fanneau, Leblanc, Legentil, Maubert, et 2 décédés : M. M. Roudeville et Noir.
Recettes Dépenses
Ordinaires 2694 Ordinaires 3518
Extraordinaires 2408 Extraordinaire 2408
Total 5102 Total 5926
Situation Financière en 1899.
Récapitulations 
 
Recettes 5102 
Dépenses 5926 
 
Déficit 824 
 
Impositions extraordinaires 
 
La commune est imposée extraordinairement de : 
1) 12ces pour déficit budgétaire 
2) 1ce pour le service de l’assistance médicale gratuite 
3) 8ces pour remboursement d’un emprunt de 14000F pour les chemins vicinaux, jusqu’en 1905. 
4) 2ces pour remboursement d’un emprunt de 1000F pour déficit budgétaire, jusqu’en 1900 
5) 14ces1/2 pour remboursement d’un emprunt de 28000F pour construction d’une école de filles, jusqu’en 1917. 
La valeur du centime communal est de 68F. 
A part l’église, le cimetière et les deux maisons d’école, la commune ne possède aucune propriété. 
 
 
INSTRUCTION PUBLIQUE. 
 
La commune de Neuilly-le-Vendin dépend de l’inspection primaire de Mayenne. L’instruction y est donnée par un instituteur laïc ; M. Aguilé, et par deux institutrices congréganistes ; Mme Morel et Bouteloup. 
Cultes : Le seul culte professé est le culte catholique. La paroisse est administrée par un desservant, M. l’abbé Beaussier, assisté d’un vicaire, M. l’abbé Rouzeau. 
Assistance publique : L’assistance publique est assurée dans la commune par un service médical gratuit, pour lequel elle inscrit chaque année une somme de 68F, à son budget, et par un bureau de bienfaisance, qui n’a pas de ressources propres, mais dont le budget est alimenté par le produit des concessions de terrain dans le cimetière. 
Du reste, la commune ne compte que treize familles indigentes parmi lesquelles 8 ne se composent que d’une personne chacune. 
Il n’y a ni sociétés d’assurances ou de secours mutuels, ni syndicats.